Le futur des services publics

pour une mobilité routière plus sûre & verte

Pour que nos Enfants voient encore voler des abeilles !

La micro mobilité est l'une des solutions pour notre Planète qui subit une pandémie aux incidences négatives pour la santé, pour l’ordre social et pour l’économie. Pour résoudre ce problème grave, les Elus s’accordent à exploser la dette de la France.

C’est vrai, nous n’aurons plus l’argent des années 2010

pour assurer la qualité d’usage de nos Patrimoines routiers.

Pour les Elus des Générations Y et Z, l’enjeu est de résoudre cette difficulté Politique avant d’être technique.

Un jour, nos Enfants vous diront : « Merci »

Avant de construire des routes sur la Lune, stoppons la création de nouveaux nids de poule sur notre planète...

Cette information confirme l’importance donnée au nid de poule pour définir les erreurs de gouvernance de nos Elus pour la qualité des services de nos rues et de nos avenues.

La Gazette 19-04-2021 : qualité de l’air on attend quoi pour agir ?

La pollution de l’air est le produit direct ou indirect de 4 activités humaines dont les transports.

Nicolas Hulot : la France va-t-elle enfin prendre le taureau par les cornes pour réduire les pollutions de l’air créées par le transport routier ?

Dans les années 80 / 90 nous étions au 1er rang pour la maitrise de la qualité de notre patrimoine routier. Nous exportions notre savoir faire.

En 2021, notre 15eme rang confirme l’auto – destruction de notre acquis technologique ! On attend quoi pour agir ?

Un peu d’Histoire - L’invention de l’agriculture a donné naissance à la sédentarisation des Chasseurs -Cueilleurs. Pour réduire le temps nécessaire et la fatigue des transports de leurs productions, ils ont inventé la route . Elle éliminait leur pénibilité créée par le franchissement d’obstacles naturels.

La pluie, la neige, le gel et aujourd’hui l’obsolescence programmée de l’entretien, sont les premiers créateurs d’obstacles à franchir par tous les trafics.

Avril 2021 - Pour la rénovation énergétique des bâtiments, le projet de loi « Climat – résilience » définit la notion de rénovation. Il décide de créer une fonction : « d’accompagnateur de projets ».

La démarche Climaroute - fille de l’économie circulaire.

Elle a pour finalité de faire durer la qualité des services des réhabilitations des rues et des pistes cyclables. Elle a pour projet de créer un tutoriel orienté vers la réduction des pollutions créées pour ( et par ) les transports routiers.

La route... pour une mobilité (plus) verte.

Deux conditions sont nécessaires pour atteindre cette réponse souhaitée par Tous.


- Eradiquer l’ensemble des obstacles* créateurs des pertes de sa qualité d’usage

- Faire durer leur qualité d’usage avec la plus faible dépense énergétique.

* les obstacles en bosse, créateurs de pertes de la qualité d’usage :

les ralentisseurs de vitesse - les regards de visite, les bouches à clé - les matériaux « arrachés à la route »

* les obstacles en creux :

les nids de poule - les reprises de tranchées - les grilles d’égouts - l’orniérage- le ressuage en période chaude-les flaques d’eau


(Le problème de l’assainissement des structures n’est pas traité dans ce document)

Le nid de poule a plus de 110 ans.

Il doit son nom ( en France ) à sa ressemblance avec les nids creusés par les poules. Il n’est pas nécessaire de le présenter, il est connu de Tous.

Cette érosion de toutes les routes est depuis 110 ans perçue comme la première des pertes de confort avec un risque accidentel élevé.

Pour le trafic son franchissements crée

- un réflexe de freinage créateur de particules fines

- suivi d’une accélération créatrice d’une sur-pollution de l’air.


Il est un ennemi de notre santé et du climat.

Sa naissance résulte de la transformation de l’énergie cinétique du trafic en énergie de déformation de la structure ( l’effet choc en présence d’eau).Il est une des fissures visibles de la couche de roulement confirmant une perte d’imperméabilité. Il appartient au groupe de fissures au développement précoce et intensif ( ≤ 3% ! )

Sa perte d’imperméabilité n’a pas été stoppée soit par manque d’entretien ( les emplois partiels) soit par un défaut d’efficience des travaux.

Il prend le nom de nid de poule quand son volume est perçu être un niveau de gravité élevé par les Conducteurs de véhicules légers (V.L ) ...

Pour les Maires, décider l’éradication des nids de poule des rues et des pistes cyclables est aujourd’hui possible...

Cet acte politique est très important.

Il est « réclamé », par l’ensemble des Riverains pour leur santé et par les Consommateurs de mobilité pour leur confort et leur sécurité.

La démocratie et la mobilité routière

L’accès aux services des rues et des pistes cyclables est libre et ouvert à Tous. Les Villes sont Héritières du devoir d’assurer à toutes les mobilités les mêmes droits au confort et à la sécurité.

En 1988 - le laboratoire central des Ponts et Chaussées éditait une méthode (aujourd’hui oubliée ) d’évaluation des techniques d’entretien des couches de roulement. Elle s’appliquait à la voirie urbaine, aux voies piétonnes ou cyclables. Chaque étape de l’évolution des obstacles était définie par « Un niveau de gravité » fondé sur les pertes de sécurité.

En 2015 à la COP21. Un Représentant de la France évaluait à 500 euros par an et par habitant le coût de l’inaction face à la pollution de l’air . En 2021, il est facile de mesurer les retards pris par la Route par rapport à l’Automobile, pour corriger cette situation.

Au cours des 30 Glorieuses, depuis la décentralisation,

- le pouvoir politique s’est substitué à l’ensemble des compétences techniques : autant de Gouvernances que de Communes et de Départements !

- nous connaissons un désert de formation pour l’ ingénierie de l’entretien routier et une déconstruction du savoir pour la conduite des processus décisionnels.

- une réduction de la durée de vie des travaux de réhabilitation et une élévation du rapport : dépenses engagées / qualité des services.

En février 2020 un représentant de la France rapportait, dans un colloque France - Japon les effets de la loi Deferre ( votée en 1982 ) en ces termes :

« L’Etat n’exerce plus une tutelle à priori sur les décisions des Collectivités territoriales. Depuis on n’a pas créé de contre - pouvoirs homogènes et de démocratie locale ! »

L’actualité 2019

Le Congrès des Maires 2019 a mis en évidence la loi d’orientation sur les mobilités. Elle transforme en profondeur la politique des mobilités urbaines. Elle engage l’ensemble des Communes à reconnaitre les micro-mobilités comme des acteurs majeurs et à adapter la qualité d’usage de leurs rues et de leurs avenues à ces « nouveaux Clients ».

La loi d’orientation sur les mobilités urbaines parue le 26 Décembre 2019, donne une réponse à la réduction de la création de pollutions de l’air par une sortie de la dépendance « à la voiture individuelle ».

Quand la valeur de la vie d’un micro-mobiliste est égale à celle d’un Automobiliste, les gouvernances des services publics affectés à la mobilité urbaine vivent une révolution

Le niveau de gravité élevé du volume des érosions à stopper, sera fondé :

Sur les attentes des micro - mobilités ( cycles et trottinettes ), sur le Code de la route et sur celles des Compagnies d’assurances 2021.

C’est pas tout d’y dire, d’y écrire et d’y lire, mais faut y faire. (Guignol de Lyon)

La démarche Climaroute

Cette démarche, est fondée sur une expérience appliquée de plus de 50 années, elle a pour ambition d’être une réponse reconnue utile pour la défense du climat. Elle ne représentera qu’une goutte d’eau,… oui mais une goutte d’eau quand même !

Elle appartient au mouvement universel d’une mobilité plus verte engagé entre :

le binôme composé du Climat et du trafic « créateur » des obstacles* à franchir et responsables de la vitesse d’évolution de leur gravité.

les Maires engagés dans l’éradication des obstacles* de leurs voies avant que leur franchissement crée - des surconsommations d’énergies et des sur productions de pollutions de l’air - des pertes de sécurité et de confort supérieures aux niveaux de tolérance exprimés par les Usagers et les Riverains (et les Assurances !)

La démocratie pour la qualité d’usage des Patrimoines routiers :

Chaque Consommateur de mobilité routière est en droit de se déplacer avec un ressenti positif de la qualité d’usage de « ses rues et de ses routes. »

La démarche Climaroute (suite)

Elle est un ensemble de réponses positives :

- aux attentes de sécurité et de confort exprimées par les victimes de la perte de la qualité d’usage des surfaces des rues et des routes urbaines.

- au monde politique engagé dans la construction de « la ville durable » et des services attendus pour le développement des micro-mobilités.

- à la réduction de l’amortissement environnemental et économique des décisions et plus encore...

- aux Défenseurs des conditions de vie de l’ensemble du monde vivant.

- aux difficultés budgétaires dûes aux dettes engagées contre la Covid.

Avec la miniaturisation des opérations préventives, elle réhabilite l’énergie humaine et résout l’argument politique :

« On n’a plus d’argent pour l’entretien »

Elle a pour principaux adversaires

- les promesses électorales énoncées par le Monde politique !

- l’obsolescence programmée du « faire durer la qualité d’usage des routes » organisée par les lobbies des produits pétroliers et par l’Industrie Routière

- l’archaïsme des Services techniques réfractaires à l’intégration de la révolution numérique et de l’intelligence augmentée.

Elle est la solution post COP21, la plus facile à mettre en œuvre pour le retour à l’imperméabilité d’une érosion évolutive.


Son coût environnemental et économique est inférieur ou égale à celui d’une pizza livrée à domicile !

Znp, pour une mobilité durablement verte

Zéro nouveau nid de poule

Zero new pothole

Ce concept n’est pas une solution pour rétablir la perte d’uni créée par la présence de nids de poule.

Mais ça raison d’être est d’éradiquer la création de future nid de poule avec la plus faible dépense énergétique.


La bonne nouvelle : Demain, la route doit être et sera verte !


Les 3 étapes du processus décisionnel :

1) e-Sentinelle, Leur mission: «Savoir pour prévenir»

Exécuter au bon moment tous les travaux de réhabilitation de l’uni exige une surveillance continue de l’évolution du niveau de gravité de chaque « obstacle évolutif ». Cette surveillance est ouverte à tous les Habitants bénévoles et ( ou ) aux services publics de la Ville. Au cours de leurs rondes, ces Sentinelles réalisent des photographies géolocalisées de chaque érosion reconnue évolutive.

2) le Maire et ces Conseillers, Leur mission: «Décider la bonne action»

Après une analyse assistée par l’intelligence augmentée, ces données techniques « éclairent » les prises de décision politiques.

3) e-Stoppeur, Leur mission: «Exécuter le stoppage de la perte d'imperméabilité»

- Aprés 110 années d’échecs, l’éradication des fissures évolutives avec des solutions à base de liants bitumineux, doit laisser place à de nouvelles technologies éprouvées .

- Accéder au bon moment à chaque érosion reconnue évolutive est insoluble pour une activité programmée et dotée de matériels lourds. L’Ubérisation résout la logistique avec des Hommes compétents et disponibles pour une mutualisation des services.

- Le Stoppeur expédie « avant et après le stoppage », les photos géolocalisées des lieux pour prouver la bonne fin de la décision. .

Formation qualifiante* & Tutoriel


Pour tous les Candidats à ces activités , Climaroute a crée une formations qualifiante* et des cours en ligne ouverts à tous et organise des partages d’expériences.. Pour les défenseurs de la Nature ce développement personnel est valorisant.


Les accompagnateurs de projet décident ce qu’ils souhaitent apprendre pour agir.

* formation de 2 jours en intra ou extra entreprise (contact@z-np.fr)

La route peut faire mieux pour le climat

Avec les Propriétaires des 36 millions de véhicules, la France maitrise le faire durer de la qualité de leur usage !

Pour le « faire durer » de la qualité d’usage de notre patrimoine routier, elle est classée au 15eme rang mondial,

après avoir été première en 1988 !

Le projet Climaroute est de participer à la défense du climat .pour que nos Enfants voient voler des abeilles !

Il se traduit par des images fortes comme :

accompagnés de Sentinelles, les Ecoliers découvrent l’importance du faire durer de la qualité des routes

comme de leur trottinette et de la propreté de leur Ville !

le coût économique du stoppage d’une érosion évolutive est inférieur à celui d’une pizza livrée à domicile !

Pour ne pas atteindre le niveau de gravité moyen pour les micro - mobilités,

le volume des cavités à stopper est ≤ à 0,33 litre

Znp exploite les propriétés d’imperméabilité d’un amalgame de fibres de verre, de plastifiants et de liants hydrauliques. (à l’exemple des chaussées béton )

L’opération de stoppage est non salissante et, sans rejets L’ouverture au trafic est ≤ à 5 minutes !

Et on attend quoi pour (ré)agir ?

Ce projet n’est pas une régression. Il est un progrès

Pour atteindre cette mobilité verte attendue par les nouvelles générations, plusieurs révolutions seront nécessaires.

Le premier ennemi de ce projet est l’obsolescence du « faire durer la qualité d’usage des surfaces de roulement » conduite par les lobbies de l’Industrie routière. Ces Hommes et ces Femmes peuvent être des défenseurs de la Nature et pollueurs avec leur Entreprise.

Les Maires auront à répondre aux multiples arguments issus des réseaux sociaux et de la participation citoyenne.

Leur Gouvernance sera à son tour « décentralisée ! »

L’ atelier Znp --- une innovation durable pour la défense de notre santé , de notre sécurité

et aussi de Dame Nature.

Ce Stoppeur appartient au monde de l’Ubérisation, Il se déplace avec un Atelier Znp

Sa rémunération repose sur le nombre de stoppages réalisés et non plus sur le tonnage de liant.

Ce document écrit par Pierre Chambard, ancien exportateur de matériels routiers. Il est le fruit d’échanges d’expériences entre des Créateurs de solutions routières. Les recherches techniques pour les solutions Znp sont le travail de François Chambard.